Vers page d'accueil Université de Toulouse - Jean Jaurès Vers page d'accueil Université de Toulouse - Jean Jaurès
Accès ENT

Actualité

Vous êtes ici : Accueil Philosophie > Actualité

Programme :

14 H Ugo Bellagamba, Université de Nice

Analyse comparée des techniques d'écriture de vulgarisation et de la science-fiction ou la quête des fictions absolument raisonnables.

15 H Pierre Cassou-Nogues, Université de Paris 8

La Science-Fiction comme outil

16 H Mathilde Lequin, Université de Toulouse 2

Récits d'hominisation et erreurs d'interprétation en paléoanthropologie.

17 H Paul-Antoine Miquel, Université de Toulouse 2

La Science-Fiction comme cas-limite à la frontière entre la science et l’art.

Science, fiction et science-fiction

le 26 juin 2017
14h-18h

Journée d'étude

MV5BOTdmODZkNmQtYjU4Mi00MTcyLTg5YmEtNmVjMWU1M2Y5NzgyXkEyXkFqcGdeQXVyNDYyMDk5MTU@._V1_SY1000_SX649_AL_.jpg

MV5BOTdmODZkNmQtYjU4Mi00MTcyLTg5YmEtNmVjMWU1M2Y5NzgyXkEyXkFqcGdeQXVyNDYyMDk5MTU@._V1_SY1000_SX649_AL_.jpg








Fiction, science, science- fiction


Université de Toulouse 2

Lundi 26 Juin 2017
Salle E411 (Maison de la Recherche)
 

Si l’on réfléchit en termes de régime de croyance, il n’est pas si aisé de dissocier la fiction de la science. On pourrait se focaliser sur la norme de vérité et faire remarquer comme Coleridge que toute fiction repose sur la suspension volontaire d’incrédulité.
Mais tout d’abord, l’usage de la norme de vérité en tant que telle est extrêmement problématique : quels sont ces fameux faits à quoi des énoncés vrais sont censés correspondre ? Poser le problème en ces termes, c’est réduire des énoncés vrais à des énoncés empiriques, alors que toute forme profonde de science repose au contraire sur des énoncés théoriques qui ne peuvent jamais être vérifiés directement, comme Pierre Duhem et Henri Poincaré l’avaient déjà remarqué il y a longtemps. Ensuite, il y a des hallucinations cognitives dans la pratique des sciences. Et ce que Bergson nommait « la fonction fabulatrice » y remplit un large rôle. Depuis le rayon N jusqu’à la mémoire de l’eau et en passant par le programme génétique, les exemples sont légion.
Nous considérerons dans cette journée d’étude la science-fiction comme un cas limite qui permet d’explorer les difficultés de tracer une ligne de démarcation claire entre la science et la fiction. Puisqu’elle est « fiction », elle ne repose pas sur la prévision. Pourtant des auteurs de science-fiction sont régulièrement invités dans les cellules de prospective où on analyse les risques et les menaces futures. Peut-on pour autant se contenter de définir la science-fiction comme une simple exploration de possibles ?
 

14 H Ugo Bellagamba, Université de Nice

Analyse comparée des techniques d'écriture de vulgarisation et de la science-fiction ou la quête des fictions absolument raisonnables.

15 H Pierre Cassou-Nogues, Université de Paris 8

La Science-Fiction comme outil

16 H Mathilde Lequin, Université de Toulouse 2

Récits d'hominisation et erreurs d'interprétation en paléoanthropologie.

17 H Paul-Antoine Miquel, Université de Toulouse 2

La Science-Fiction comme cas-limite à la frontière entre la science et l’art.

 


Type :
Journées d'études, Manifestation, Colloque - Séminaire
Contact :
Entrée libre
Lieu(x) :
Université Toulouse - Jean Jaurès
Salle E411, Maison de la Recherche
Renseignements pratiques :
Equipe de Recherche sur les Rationalités Philosophiques et les Savoirs (ERRAPHIS)

rédigé par Flora Bastiani

mise à jour le 20 novembre 2017


Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page

S'abonner à la newsletter